Lien entre grossophobie et trans’identités

Cet article fait suite à des réflexions que j’ai pu avoir en lisant un témoignage d’une personne trans non-binaire qui expliquait ses difficultés à se sentir légitime en tant que trans du fait de son poids.

Ce témoignage a fait écho en moi. Sans être gros, j’ai toujours eu des formes que d’aucuns qualifieraient de « féminines ». Et, dépression et divers troubles mentaux aidant, me voici avec 15 kilos de plus que l’année passée, année où j’ai commencé mon chemin sur la découverte de ma non-binarité et où j’ai tâtonné pour me sentir légitime à me définir trans.

Mon nouveau corps gros, j’ai énormément de mal à l’accepter. D’une part car nous vivons dans une société grossophobe, et que je commence à en faire les frais : je ne peux plus m’habiller dans les 3/4 des magasins de vêtements où j’avais l’habitude de m’habiller auparavant (déjà avec une certaine difficulté au vu de ma taille 44 de l’époque). Lors d’une visite chez le médecin du travail en avril dernier, j’ai également eu le droit à mes premières remarques grossophobes sous couvert de conseils médicaux (que je n’avais pas demandé – je ne vois pas en quoi mon poids représente un problème pour être téléconseiller). Sans rien connaître de mes habitudes alimentaires, de mon taux de cholestérol inexistant (et oui, on peut être gros et ne pas avoir de cholestérol) ce médecin m’a conseillé de perdre du poids et de ne pas grignoter pendant mes pauses au travail. Sachant que « mes grignotages » au travail consistait à manger une pomme ou une compote pendant la pause et à systématiquement me faire des paniers repas composés de peu de matière grasse, de féculents, de légumineuses et de légumes (vegan oblige).  Euh, merci, mais je n’ai rien demandé. Je suis là pour que tu détermines si je suis apte à bosser, pas pour avoir des commentaires sur ma façon de manger, merci.

Donc, j’ai commencé à vivre la grossophobie. Moi qui ai entièrement refait ma garde-robe, d’une part pour racheter des fringues à ma taille, et d’autre part pour diversifier une garde-robe qui me ressemble et dont je sois fier de porter en tant que personne non-binaire, j’ai compris que les magasins de fringues ne voulaient pas de mon argent de gros.

C’est déjà suffisamment difficile à vivre comme ça, d’être en surpoids dans une société qui voue un culte à la minceur comme seule beauté possible et souhaitable. Mais quand on est une personne assigné fille à la naissance, et que l’on est trans, être gros devient très vite insupportable, car il se combine à la fois à la dysphorie et à la transphobie.

Pourquoi la dysphorie? Tout simplement car un corps d’assigné-e meuf gros, c’est un corps qui déborde de seins, de hanches, de ventres, c’est un visage rond – c’est un corps qui est exclusivement considéré comme féminin, c’est un déluge de féminité, une féminité en excès dont je n’ai rien demandé. Quels que soient les vêtements que je porte, quand bien même je m’habillerai en mec de la tête au pied, JAMAIS on ne m’enlèvera cette étiquette de meuf dont je ne veux pas.

Qu’on soit bien d’accord: être gros-se ne signifie pas être une femme. On peut être gros et non-binaire. Mais seulement, entre la théorie et la pratique il y a tout un monde, et en réalité, depuis ces quinze kilos de pris, j’ai juste envie de m’arracher ces bouts de corps en trop.

Mais là où ça devient complexe, c’est les clichés véhiculés par l’androgynie en tant qu’expression de genre et la non-binarité considérée comme un seul corps valable. Et ce seul modèle de corps valable, c’est un corps très mince, sans forme, élancé. A plusieurs reprises, j’ai assisté à des photographes qui recherchaient à représenter des personnes « androgynes » (soit, selon leur perception de l’androgynie : des gens filiformes dont le genre assigné n’est pas écrit sur la figure). Cette vision unilatérale de ce que doit être la non-binarité me fait mal : moi et mon gras, mes gros seins, ma petite taille, mon visage rond et mes grosses cuisses, on ne le considérera jamais comme neutre, androgyne, agenre ou j’en passe. Moi, aux yeux de la société, j’ai un corps de meuf, un corps qui respire les courbes et la sensualité, point final.

Ces stéréotypes de genre sont nocifs. Parce que vous savez quoi? Moi, à la base, mon corps, je l’aime bien. Moi, j’aime mes gros seins, j’aime mes hanches larges, j’aime mon visage rond et mes grands yeux. Et pourtant, ces attaques perpétuelles sur ma légitimité à être trans de la part de personnes qui proclament que la non-binarité c’est du flan, combiné à des clichés sur ce que doit être un corps androgyne, ça me rend profondément mal et ça provoque en moi de la dysphorie que je ne subissais même pas au début.

La dysphorie, chez moi, ce n’est pas mon corps qui la provoque. C’est le regard que vous posez sur mon corps, c’est les brevets de trans’identités que vous refusez de me décerner parce que mon corps et mon expression de genre n’est pas conforme à ce que vous aimeriez voir chez une personne trans.

Alors quoi? Je vais m’affamer, faire une mammectomie et prendre des hormones pour rentrer dans le rang ? pour qu’enfin on arrête de me mégenrer? Que je sois légitime à me dire trans ? Alors que c’est la SOCIETE grossophobe et l’enbyphobie qui me rendent dysphorique et pas mon corps en question?

Non. Je refuse de modifier mon corps pour avoir la paix. Oui je suis gros, oui jamais on ne me genrera spontanément au masculin comme je le souhaite, mais je ne me conformerai pas à vos désirs de transition comme ultime étape pour s’arroger le droit d’être trans.

Mon corps existe, il est gros, il déborde. Cela reste mon corps, mon corps de non-binaire, et je l’aime. Quoique vous en disiez.