Expression de genre et non-binarité

 

Me revoici cette fois-ci pour revenir sur une idée que je trouve assez absurde, voire carrément dangereuse, et que j’ai vu circuler sur des groupes non-binaires. J’ai peut-être interprété, auquel cas je serai ravi d’en débattre de façon polie et respectueuse, mais voici un des arguments qui a été lancé pour définir la non-binarité : toute personne n’étant pas conforme dans son genre est non-binaire.

Inutile de dire que je suis totalement en désaccord avec ce postulat de départ. Déjà parce qu’il remet en cause l’autodétermination que les personnes non-binaires (et trans tout court d’ailleurs) revendiquent en ce concerne leur identité de genre : c’est-à-dire que ce ne soit pas autrui qui décide à leur place ce qu’est LEUR(s) genre(s). Ce n’est pas à moi de décider si vous êtes cis, une meuf trans, un mec non-binaire, androgyne… Et encore moins en me basant sur votre expression de genre.

Car le propos sous-jacent est bien celui-ci : l’expression de genre qu’on choisit (ou pas, à quel point une expression de genre peut-elle être un choix dans la mesure où celle-ci peut être vitale pour son bien-être ou sa sécurité ?) indique notre identité de genre. En d’autres mots, ce raccourci dangereux aboutit à des phrases aberrantes du style « les butch [lesbiennes à l’expression de genre masculine] sont des non-binaires », « les gays effeminés ne se sentent pas totalement homme ».

Pourquoi c’est aberrant ?

Tout simplement car dans notre société cishétéronormée, c’est un cliché homophobe que de dire que les lesbiennes ne sont pas des vraies femmes ou les gays pas de vrais hommes. Et qui aboutit à des violences directes ou détournées : viols correctifs, agressions, harcèlement de rue, insultes… Petite anecdote que j’ai vécue : quand j’étais ado, bien avant de savoir que j’étais trans non-binaire, je pensais être une meuf attirée par les meufs. Imaginez-vous le nombre de remarques que j’entendais A CHAQUE FOIS que je tenais la main à une de mes copines dans la rue ? Je vous en fais une petite fournée :

  • « c’est qui qui fait l’homme et c’est qui qui fait la femme ? »
  • « sors avec un vrai homme ! »
  • « tu sors avec une fille parce que t’as pas trouvé le bon homme ! »
  • « couche avec moi tu verras ce que tu manques ! »
  • « vous êtes vraiment des filles ? et vous êtes en couple ? »
  • « une femme c’est fait pour aller avec un homme »
  • « au lit comment vous faites ? »
  • « c’est toi qui baises ou tu te fais baiser ? »
  • « tu sors avec des filles parce que tu veux être un homme ? »

Et j’en passe…

On a là de la lesbophobie ordinaire, violente, qui flirte avec des menaces de viol correctif (les « couche avec moi tu vas voir ce que c’est de coucher avec un vrai mec » ). De l’homophobie donc. Mais pas seulement.

En effet dans mon cas cette homophobie s’associait facilement avec le sexisme qui s’exprime largement via le harcèlement de rue. Mais on peut également parler de transphobie, dans la mesure où je ne ressemblais pas à une « vraie » femme, et où je n’avais pas l’impression d’en être une [spoiler : parce que je n’ai jamais été une femme en fait :D], et qu’on pouvait aisément me qualifier de butch. De plus, on n’hésitait pas à me qualifier de « gouine » dans mon lycée avant même que j’aie fait mon coming-out, ainsi que d’autres insultes ou micro-agressions liées à mon manque de féminité présumé. L’idée derrière ces insultes, c’est que finalement, une lesbienne n’est pas une vraie femme. Et que ne pas être une vraie femme, c’est MAL.

D’ailleurs, combien de fois j’ai pu avoir de râteaux justement à cause de mon apparence jugée pas assez féminine pour les lesbiennes avec qui je flirtais ? Combien de meufs lesbiennes méprisent les lesbiennes butch car jugées trop masculines, de véritables clichés vivants ? Est-ce simplement de l’homophobie intériorisée ou n’assiste-t-on pas là à une convergence d’oppressions systémiques ?

Est-ce simplement de l’homophobie d’insulter un travesti, qui peut être un homme cisgenre hétéro qui décide à des moments donnés de mettre des robes et de se maquiller ? Non, on y relève évidemment une part de transphobie, car il est insupportable dans une société cissexiste de jouer avec les stéréotypes de genre, surtout quand on est un homme (ou assigné-e comme tel). Est-ce pour autant qu’une personne cisgenre décidant (par choix ou non) d’avoir une expression de genre opposée à son identité d’homme ou de femme, ou bien brouillant les pistes, devient non-binaire comme par magie ?

Non. Bien sûr, la non-binarité peut s’exprimer via une expression de genre différente de la norme. Mais ce n’est pas le cas pour toutes les personnes non-binaires, et en aucun cas un vêtement ne peut définir notre genre à notre place.

Pour beaucoup, s’accorder à des stéréotypes de genre est vital, que ce soit pour réduire de la dysphorie, pour ne pas subir de la transphobie, pour trouver du travail… Il n’est donc pas question de dicter à quiconque leur façon d’exprimer leur genre.

Par contre, l’autodétermination reste importante : NON, la non-binarité ce n’est pas être une lesbienne butch ou un gay efféminé. OUI, les personnes ne ressemblant pas à des stéréotypes de personnes cis s’exposent à des degrés de violence pouvant être extrêmes. NON, cela ne veut pas dire que leur expression de genre est un indicateur formel de leur identité de genre.

On ne devient pas non-binaire en portant une robe ou un jogging. Prétendre le contraire, ça revient à peu près à avoir les mêmes arguments que la Manif pour Tous quand ceux-ci prétendent que les filles portent des robes et les garçons des pantalons. Merci donc de ne pas reprendre des arguments foireux, et de comprendre qu’il y a une convergence entre sexisme, homophobie et transphobie dans une société patriarcale cishétéronormée, qui nous rend victimes à partir du moment où on sort des normes genrées, que ce soit en terme d’expression de genre, d’identité de genre ou bien d’orientation sexuelle. Cela ne signifie pas que quiconque sortant de ces normes est forcément non-binaire… Laissez les gens se définir comme ils le veulent. A bon entendeur.

Lien entre grossophobie et trans’identités

Cet article fait suite à des réflexions que j’ai pu avoir en lisant un témoignage d’une personne trans non-binaire qui expliquait ses difficultés à se sentir légitime en tant que trans du fait de son poids.

Ce témoignage a fait écho en moi. Sans être gros, j’ai toujours eu des formes que d’aucuns qualifieraient de « féminines ». Et, dépression et divers troubles mentaux aidant, me voici avec 15 kilos de plus que l’année passée, année où j’ai commencé mon chemin sur la découverte de ma non-binarité et où j’ai tâtonné pour me sentir légitime à me définir trans.

Mon nouveau corps gros, j’ai énormément de mal à l’accepter. D’une part car nous vivons dans une société grossophobe, et que je commence à en faire les frais : je ne peux plus m’habiller dans les 3/4 des magasins de vêtements où j’avais l’habitude de m’habiller auparavant (déjà avec une certaine difficulté au vu de ma taille 44 de l’époque). Lors d’une visite chez le médecin du travail en avril dernier, j’ai également eu le droit à mes premières remarques grossophobes sous couvert de conseils médicaux (que je n’avais pas demandé – je ne vois pas en quoi mon poids représente un problème pour être téléconseiller). Sans rien connaître de mes habitudes alimentaires, de mon taux de cholestérol inexistant (et oui, on peut être gros et ne pas avoir de cholestérol) ce médecin m’a conseillé de perdre du poids et de ne pas grignoter pendant mes pauses au travail. Sachant que « mes grignotages » au travail consistait à manger une pomme ou une compote pendant la pause et à systématiquement me faire des paniers repas composés de peu de matière grasse, de féculents, de légumineuses et de légumes (vegan oblige).  Euh, merci, mais je n’ai rien demandé. Je suis là pour que tu détermines si je suis apte à bosser, pas pour avoir des commentaires sur ma façon de manger, merci.

Donc, j’ai commencé à vivre la grossophobie. Moi qui ai entièrement refait ma garde-robe, d’une part pour racheter des fringues à ma taille, et d’autre part pour diversifier une garde-robe qui me ressemble et dont je sois fier de porter en tant que personne non-binaire, j’ai compris que les magasins de fringues ne voulaient pas de mon argent de gros.

C’est déjà suffisamment difficile à vivre comme ça, d’être en surpoids dans une société qui voue un culte à la minceur comme seule beauté possible et souhaitable. Mais quand on est une personne assigné fille à la naissance, et que l’on est trans, être gros devient très vite insupportable, car il se combine à la fois à la dysphorie et à la transphobie.

Pourquoi la dysphorie? Tout simplement car un corps d’assigné-e meuf gros, c’est un corps qui déborde de seins, de hanches, de ventres, c’est un visage rond – c’est un corps qui est exclusivement considéré comme féminin, c’est un déluge de féminité, une féminité en excès dont je n’ai rien demandé. Quels que soient les vêtements que je porte, quand bien même je m’habillerai en mec de la tête au pied, JAMAIS on ne m’enlèvera cette étiquette de meuf dont je ne veux pas.

Qu’on soit bien d’accord: être gros-se ne signifie pas être une femme. On peut être gros et non-binaire. Mais seulement, entre la théorie et la pratique il y a tout un monde, et en réalité, depuis ces quinze kilos de pris, j’ai juste envie de m’arracher ces bouts de corps en trop.

Mais là où ça devient complexe, c’est les clichés véhiculés par l’androgynie en tant qu’expression de genre et la non-binarité considérée comme un seul corps valable. Et ce seul modèle de corps valable, c’est un corps très mince, sans forme, élancé. A plusieurs reprises, j’ai assisté à des photographes qui recherchaient à représenter des personnes « androgynes » (soit, selon leur perception de l’androgynie : des gens filiformes dont le genre assigné n’est pas écrit sur la figure). Cette vision unilatérale de ce que doit être la non-binarité me fait mal : moi et mon gras, mes gros seins, ma petite taille, mon visage rond et mes grosses cuisses, on ne le considérera jamais comme neutre, androgyne, agenre ou j’en passe. Moi, aux yeux de la société, j’ai un corps de meuf, un corps qui respire les courbes et la sensualité, point final.

Ces stéréotypes de genre sont nocifs. Parce que vous savez quoi? Moi, à la base, mon corps, je l’aime bien. Moi, j’aime mes gros seins, j’aime mes hanches larges, j’aime mon visage rond et mes grands yeux. Et pourtant, ces attaques perpétuelles sur ma légitimité à être trans de la part de personnes qui proclament que la non-binarité c’est du flan, combiné à des clichés sur ce que doit être un corps androgyne, ça me rend profondément mal et ça provoque en moi de la dysphorie que je ne subissais même pas au début.

La dysphorie, chez moi, ce n’est pas mon corps qui la provoque. C’est le regard que vous posez sur mon corps, c’est les brevets de trans’identités que vous refusez de me décerner parce que mon corps et mon expression de genre n’est pas conforme à ce que vous aimeriez voir chez une personne trans.

Alors quoi? Je vais m’affamer, faire une mammectomie et prendre des hormones pour rentrer dans le rang ? pour qu’enfin on arrête de me mégenrer? Que je sois légitime à me dire trans ? Alors que c’est la SOCIETE grossophobe et l’enbyphobie qui me rendent dysphorique et pas mon corps en question?

Non. Je refuse de modifier mon corps pour avoir la paix. Oui je suis gros, oui jamais on ne me genrera spontanément au masculin comme je le souhaite, mais je ne me conformerai pas à vos désirs de transition comme ultime étape pour s’arroger le droit d’être trans.

Mon corps existe, il est gros, il déborde. Cela reste mon corps, mon corps de non-binaire, et je l’aime. Quoique vous en disiez.

Neuroatypie et militantisme

 

Bonjour, après des mois de non-activité, me revoici pour un article qui risque d’être plus personnel que militant, mais soit, je pense que j’en ai besoin.

Il y a environ un an, j’avais publié un article. Où je disais que je refusais la complaisance face à l’oppression. Par complaisance, je disais le refus de se taire quand j’entends un propos oppressif, et réaffirmer ma position antispéciste, notamment en refusant de laisser les carnistes dans leur œillères et leur rappeler, que oui, ils participent au massacre, qu’ils en aient conscience ou non, et qu’on ne peut respecter les animaux si on paie quelqu’un pour les tuer afin de les manger.

Durant cette période, je me suis pleinement affirmé en tant que vegan abolitionniste. C’était, et c’est toujours, la seule position morale et éthique à mes yeux. Je ne vais pas expliquer de long en large et en travers le pourquoi du comment, pleins de gens le font beaucoup mieux que moi.

Puis, en août dernier, j’ai fait mon coming-out non-binaire. J’en ai également un peu parlé sur mon blog, de mes interrogations et de ma légitimité à faire partie de la communauté trans. (Spoiler : oui je suis trans, et oui les non-binaires ONT leur place dans les trans’identités). Pour celleux qui ont suivi le shitstorm qui a suivi sur la petite sphère militante vegan féministe, ça a été un coup dur. Je me suis aperçu qu’on pouvait être militant-e et se gourer totalement. Qu’on pouvait même être féministe et dire à des personnes trans qu’elles ne sont pas victimes d’oppressions (re-spoiler : si).

A partir de là, la désillusion n’a fait que s’agrandir. Je ne savais plus qui croire, vers qui me tourner. J’ai perdu énormément d’ami-es et de relations depuis que je me revendique militant-e, du fait de mon refus de tolérer l’intolérable.

Et maintenant, et bien, je suis épuisé.

Je suis épuisé de me battre contre des moulins à vent, contre la mauvaise foi, contre la violence et la méchanceté des gens. Je suis vidé de toutes mes forces. Oui, le militantisme a exacerbé cette partie haineuse de moi qui est perpétuellement en colère. J’ai été en colère, tellement en colère, de devoir justifier mon existence, de devoir justifier l’existence des animaux non-humains, en permanence, non-stop, et me prendre des coups en retour, sans cesse, de la part même de prétendus allié-es.

Ca m’a atteint jusqu’à la moelle et maintenant je suis une coquille d’être humain pleine de rancœur et de tristesse. La violence de ce monde, je n’arrive plus à la gérer. Je bloque, c’est fini, c’est total.

Mais c’est trop tard pour faire marche arrière. Je ne peux plus remettre ces œillères que j’ai enlevées, je ne peux plus me dire « mais si voyons, remangeons du cadavre, tout va bien ! », ou bien « je suis une femme, je suis juste un peu garçon manqué ! ». Ce n’est plus possible.

Quand on s’engage il n’y a plus de marche arrière, et j’y ai investi chaque centimètre carré de mon âme. Jusqu’à la perdre. Jusqu’à oublier ce que c’était de vivre dans le vrai monde, pas celui des Social Justice Warrior sur Internet, celui où tu te prends des claques dans la gueule, méchamment, dès que tu sors de chez toi, dès que tu parles à des gens.

Alors je craque. Je me roule en boule chez moi et j’attends que la violence du monde s’atténue, ou bien que j’arrive à la gérer. J’attends de voir comment on se comporte avec d’autres humains qui n’ont pas encore parcouru entièrement le chemin de la déconstruction, quelles que soient leur raison. Je ne sais plus comment réagir dans le vrai monde. Je ne suis plus vivre dans la vraie vie. La vraie vie m’agresse.

Je souffre de dépression depuis très longtemps. Depuis presque quinze années. Avec des hauts et des bas. Parfois de grosses périodes de répit, de plusieurs mois, voire d’un ou deux ans. Et je crois que c’est cette hyperémotivité qui m’a poussé à m’engager,  à militer, à me battre coûte que coûte, pour ne plus baisser les bras.

Mais maintenant, et bien, je n’y arrive plus. J’abandonne. Je suis usé.

Le militantisme n’est pas et ne sera jamais à la portée de tout le monde. Oh bien sûr, je connais un tas de neuroatypiques militants. Mais j’en connais un tas que le militantisme a bousillé aussi. Je fais partie du lot.

Je suis vivant, et c’est tant mieux. Mais quelque part, oui, je suis devenu aigri et méchant. Pour me protéger. Pour survivre.

Est-ce que je suis capable de continuer à militer ? Est-ce que prendre une pause fait de moi une mauvaise personne ? Est-ce que les gens que j’ai blessés par militantisme évolueront ? Est-ce que je n’ai pas juste perdu mon temps, mon énergie, mes amours et mes ami-es ? Est-ce que le militantisme m’a rendu mauvais ? Ai-je fait les bons choix ?

Je suis juste fatigué.

Alors, je ne sais pas comment les choses se dérouleront par la suite. Peut-être que ce blog va juste devenir un blog random où il ne se passera plus rien de politique. Peut-être pas. En attendant, je vais essayer de me soigner et d’aller mieux.

Je vous souhaite de prendre soin de vous et de vous battre pour ce qui est juste. Mais de ne pas vous perdre en chemin.

Sur ce, je vais aller faire un câlin à mon chat qui m’aime quoiqu’il arrive et que j’aime quoi qu’il arrive.

 

 

 

 

 

Galette des rois vegan

Je ne comptais pas manger de galettes, mais puisque j’avais l’occasion ce week-end d’en ramener une vegan à un après-midi où j’étais invité et où j’aurais été condamné à regarder les autres manger, je me suis retroussé les manches et je m’y suis mise.

Je n’ai pas trouvé de recettes végétaliennes que je trouvais satisfaisantes sur le sujet, car toutes celles que j’ai trouvées étaient uniquement à la frangipane. Or, j’ai toujours préféré celles aux pommes… Ce n’est pas grave, j’ai cherché une recette full-cruelty et  je me suis rendu compte qu’il n’y avait rien de plus simple à rendre éthique : il suffisait de remplacer la crème par de la crème d’amande, mettre de la maïzena plutôt que de l’oeuf et faire dorer avec du lait de soja…

Niveau goût, nous verrons demain quand je la goûterai, mais en attendant le résultat a l’air bien prometteur !

Voyons la liste des ingrédients:

  • deux pâtes feuilletées (sans beurre of course)
  • 60g + 40g de sucre
  • un sachet de sucre vanillé
  • 3 à 6 pommes (selon leur taille)
  • une pincée de cannelle
  • deux cuillers à soupe de maïzena
  • 250cl de crème d’amande (une boîte)
  • 150g de poudre d’amandes
  • une à deux cuillers à soupe de lait végétal
  1. Tout d’abord, il faut préparer la compotée de pommes: éplucher, vider et couper les pommes en cube, et les faire revenir avec les 40g de sucre, le sucre vanillé, la pincée de cannelle et un tout petit peu d’eau (environ une à deux cuillers à soupe) à feu doux un quart d’heure, le temps de les caraméliser et les attendrir. En fin de cuisson, rajouter deux cuillers à soupe de crème d’amande.
  2. Préchauffer le four à 220°C.
  3. Dans un saladier, mélanger le reste de la boîte de la crème d’amandes avec la poudre d’amandes, les deux cuillers à soupe de Maïzena et 60g de sucre.
  4. Sur une plaque de cuisson, étendez la première pâte feuilletée sur du papier cuisson. Etaler le mélange à la crème. Attention, le mélange est assez liquide, faites ça doucement !
  5. Rajouter les pommes cuites, répartissez bien puis recouvrez avec la deuxième pâte feuilletée.
  6. Sceller les bords. Faites les rayures avec la pointe d’un couteau puis badigeonner de lait de soja.
  7. Enfournez pendant 40 minutes.

Et voilà c’est prêt :) Ce n’était pas si dur que ça finalement, je regrette de ne pas m’être lancé plus tôt !

galette

Les agressions sexuelles ce n’est pas lol

Aujourd’hui j’ai vu circuler cette charmante image sur une page végane francophone de Facebook. Quand j’ai vu l’image au premier abord, j’ai d’abord cru qu’il s’agissait de dénoncer une publicité sexiste, mais non. Apparemment des gens ont trouvé cela suffisamment drôle pour avoir envie de partager cette image et provoquer une franche partie de rigolade.

 Attention: image de merde: 

Affiche qui se moque de l'intégrité physique des femmes, qu'es-ce qu'on se marre.

Affiche qui se moque de l’intégrité physique des femmes, qu’est-ce qu’on se marre.

On pourrait en rester là, se dire que c’est juste de l’humour, ça va y’a pas mort d’homme hein. Sauf que non. L’image très rigolote qui est partagée, là, rigole d’une agression sexuelle, tranquillou. Alors okay, on devrait se dire que depuis le temps, nous la classe des femmes et/ou assigné-es comme tel-les on devrait avoir l’habitude. On devrait laisser passer, ne pas faire de vagues, on devrait rire avec l’oppresseur, parce que bon sang de bois, CEY DE LHUMOUR JE SUIS CHARLIE LIBERTEEEEY DEXPRESSION.

Je vais faire lea relou, lea chiant-e, l’hystérique et lea castratreur-ice de service, mais non, la liberté d’expression n’a jamais signifié être autorisé à dire n’importe quoi, n’importe quand, n’importe comment. La liberté d’expression n’a jamais signifié pouvoir tenir des propos puants à l’encontre de groupes oppressés et qui s’en passeraient bien. La liberté d’expression, ce n’est pas faire la promotion des agressions sexuelles et du viol sur la classe des femmes. La liberté d’expression, ce n’est pas tenir des propos super violents pour ensuite aller chouiner quand cela provoque la colère des individu-es concerné-es. La liberté d’expression, elle ne va pas que dans un sens, et quand on dit de la merde, il faut s’attendre au retour de bâton.

Cette image, qu’un bien grand monde a l’air de trouver innocente, est extrêmement nocive, et ce pour plusieurs raisons. Déjà, et c’est encore le moins problématique face à la violence des propos, elle ne s’adresse qu’aux femmes, parce que c’est bien connu, y’a que les bonnes femmes qui vont faire les courses, c’est un truc de gonzesses, on sait jamais, les cismecs pourraient perdre leur virilité en poussant un cadis. Après tout hein, faire les courses ça sert à faire à bouffer, et c’est évident que la cuisine c’est un lieu réservé aux femelles…

Outre le fait que le simple fait d’assigner les femmes aux courses ménagères est déjà sexiste en soi, l’image est censé faire rire parce que… je ne sais plus trop, en fait. Je ne suis plus vraiment habitué-e à l’humour oppressif. Expliquez-moi, celleux que ça fait rire : en quoi c’est drôle de comparer les femmes à des fruits, de les réduire à des objets ? En quoi c’est drôle de toucher le corps d’une femme qui n’a rien demandé et piétiner allègrement son consentement ? Ahlalala une pêche, une femme, même combat, qu’est-ce qu’on se marre ! Les agressions sexuelles qu’est-ce que c’est amusant !

Alors oui, JE SAIS, cette affiche n’est pas à prendre au pied de la lettre, D’ACCORD les vendeurs de ce magasin ne vont (probablement) pas s’attaquer aux femmes qui font leurs courses. Il n’empêche, qu’au vu des réactions visant à calmer le jeu, en mode « c’est de l’humour faut pas s’offusquer », tout le monde n’a pas compris qu’on parlait là d’agressions sexuelles. Qu’on parlait là de l’intégrité du corps des femmes. Ce qu’il en ressort, c’est qu’on baigne en pleine culture du viol, encore et toujours, et que non seulement nous (la société, les individus) ne sommes pas capables d’identifier une agression sexuelle quand une publicité, une blague, un film en fait mention, mais en plus nous en rigolons. Nous rigolons d’une violence infligée à la classe des femmes parce que nous sommes incapables de voir la gravité de ces actes. Nous rigolons d’une violence tellement banale qu’une femme sur six en subit au cours de sa vie. Oui, vous avez bien lu. Alors pour débanaliser ces actes graves aux conséquences souvent désastreuses pour les victimes, il serait peut-être temps, pour commencer, d’arrêter de faire des blagues dessus. Il serait temps d’identifier la culture du viol pour ce qu’elle est : une culture qui, en banalisant les viols, les autorise. Il serait temps de cesser de faire culpabiliser les victimes d’agressions sexuelles et de viols : quand vous rigolez, c’est elles qui triment. C’est elles qui n’ont pas la force d’aller porter plainte quand elles savent que tout le monde considère que ce qu’elles ont subi, ce n’est pas bien grave. Qu’au fond, elles aiment ça. Nous ne vivons pas en dehors de la société, en dehors des médias, en dehors du monde : nous en subissons l’influence, inconsciemment. A chaque blague sur les agressions sexuelles que vous faites, c’est l’intégrité du corps de femmes et assignées femmes qui s’en prend plein la tronche. A chaque blague, chaque film, chaque photo, chaque propos, et c’est une femme qui en subira les conséquences, tôt ou tard.

Donc non, c’est trop facile de dire que c’est de l’humour quand c’est les femmes qui trinquent . L’humour est une arme, et bizarrement, on ne voit jamais (ou rarement) de vannes sur les groupes dominants, de la part des dominants. Pas de petite blague sur les hommes cis hétéro blancs en réserve par hasard ? Ah bien sûr que ça n’existe pas, puisque quand vous remplacez une blague opressive par les termes « mec cis hétéro blanc », bizarrement la blague n’est plus drôle du tout. Peut-être parce qu’il n’y avait, au départ, absolument rien de drôle et que c’est le groupe visé qui donne toute sa saveur puante à la blague.

Alors, et tant pis si on me traite de féminazi hystérique, mais pitié : la prochaine fois que vous voulez rigoler du consentement des femmes : FERMEZ-LA.

Petit récapitulatif des liens présents dans l’article et autres sur le sujet – lisez-les avant de commenter !

Statistiques sur les violences de genre, sur le site du Haut Conseil à l’Egalité entre les Femmes et Les Hommes

Autres chiffres de référence sur les violences faites aux femmes, sur le site du Ministère des affaires sociales, de la santé et du droit des femmes

Conséquences des agressions sexuelles et des viols : la mémoire traumatique

Tumblr pastiche visant à dénoncer les blagues oppressives, en remplaçant toute mention (femme, noir, juif…) par « homme hétéro cis blanc »

Article rédigé par un sociologue sur l’humour et la non-validité du poncif « on peut rire de tout »

Comprendre la culture du viol, sur le blog de Crêpe Georgette

Plus personnellement, un exemple de la banalisation d’une agression sexuelle que j’ai subie l’année dernière


PS: cet article n’a même pas abordé l’aspect oppressif qui peut exister dans la sphère militante végane,  et mériterait de plus amples approfondissements, mais il va de soi qu’on ne peut se prétendre végane, c’est-à-dire lutter contre l’oppression des animaux non-humains, tout en validant une (ou plusieurs) autres oppressions, notamment envers les femmes ou assignées femmes. On ne peut se révolter contre une oppression tout en trouvant parfaitement légitime une autre, ça n’a pas de sens. On est contre l’injustice, point barre.

Non-binarité, mon vécu et son lien avec le sexisme

Il n’a jamais vraiment été question de traiter de la question de la non-binarité sur ce blog, tout simplement car je n’étais pas légitime à en parler puisque je me considérais comme cis. Du moins c’est ce que je pensais.

Le problème, c’est que je ne suis pas vraiment sûre de l’être, cis. Tant que je me contentais de me positionner d’un point de vue strictement binaire, c’était certes évident : je suis née assignée de sexe féminin, je ne me suis jamais identifiée en tant que garçon, je n’ai jamais voulu être un garçon (quoique, j’y reviendrai plus tard). Donc sexe biologique = identité de genre = femme = cis. CQFD.

Néanmoins, il est impossible de raisonner uniquement en terme de binarité homme/femme, tout simplement car il y a une multitude de personnes ne se retrouvant dans aucune de ces étroites catégories… Qui sont, je le rappelle, socialement construites. Certes il y a des êtres humains dotés d’un pénis et d’autres dotés d’une vulve (il y a aussi des êtres humains qui sont dotés d’un peu ou de beaucoup des deux à la fois). Néanmoins c’est nous qui leur donnons du sens en les étiquetant « homme » d’un côté et « femme » de l’autre. Nous aurions pu diviser l’humanité sur d’autres critères biologiques, la couleur des cheveux, la taille… Or pas de chance pour les individus classés « femmes », c’est sur le critère du sexe que cette division devenue indiscutable s’est établie. Cette division a débouché sur un classement hiérarchique, et tadam ! le patriarcat est né en plaçant la catégorie « femmes » sous la domination masculine. Mais tel n’est pas le sujet de cet article et je m’excuse d’avance des raccourcis simplistes, si vous voulez plus de précision sur la construction sociale homme/femme, je vous invite à lire l’introduction et le premier chapitre du manuel Introduction aux études sur le genre (et lisez tout le bouquin tant qu’à faire).

Du coup, si l’on s’interroge sur son identité de genre en gardant en tête qu’il n’y a pas seulement « l’homme » ou « la femme », mais des hommes et des femmes et des individus ni hommes ni femmes, ou bien les deux à la fois… On se rend compte qu’il y a en fait une multitude de genres et de possibilités – j’ai presque envie de dire qu’il y a autant de possibilités qu’il y a d’individus -.

Je pense que le sexisme et la cisnormativité altère notre conscience de notre identité. Combien de fois j’ai pu dire en rigolant (ou pas d’ailleurs) que je n’étais pas une vraie fille parce que je n’aimais pas les vêtements trop féminins ni les activités habituellement considérées comme réservées aux femmes ? Or, depuis quand être une femme se réduit à porter une robe ou bien aimer acheter des vêtements ? Pendant longtemps, j’ai été incapable de me définir comme appartenant à la catégorie femme. Ado, faute de connaître un vocabulaire adapté, faute de savoir qu’il était possible de dépasser le spectre homme/femme, je me disais souvent que j’étais asexuée. Pas dans le sens où je n’avais ni organes sexuels ni libido, mais dans le sens où je ne me reconnaissais pas dans ces catégories où je me sentais forcée d’appartenir.

Le sexisme a un rôle énorme à jouer là-dedans : comment se définir en tant que femme, quand ce qui est perçu comme féminin est dévalorisé, jugé inférieur, futile et sans importance ? J’avais intériorisé le sexisme ambiant dans lequel nous grandissons tous-tes. Moi aussi je méprisais les filles, je les trouvais futiles à parler de garçons, de ne s’intéresser qu’au shopping et à lire des magazines féminins ridicules. Quand j’étais toute jeune ado, il n’était même pas possible pour moi de penser qu’une fille qui adore les vêtements puisse aussi adorer autre chose, puisse être autre chose qu’un être humain sans intérêt. Être féminine et aimer les jeux vidéo ? Pff, ridicule ! Elle ment, elle dit ça pour s’attirer les bonnes grâces des mecs ! Oui, inutile de dire qu’à douze-treize ans j’étais imbuvable. Je suis probablement passée à côté de belles amitiés à cause de ces préjugés qu’on nous incombe à la louche.

Dans ces conditions où le féminin n’est réduit à rien de sérieux, voire est haï et haïssable, comment accepter d’être de genre féminin ? Pour moi, c’était insupportable. J’étais incapable de correspondre aux clichés qu’on attendait de mon genre, ce qui a forcément abouti au fait que je haïssais profondément être de sexe féminin. Inutile de dire donc que je me haïssais et que je haïssais mon corps (qui a eu la bonne idée de faire une puberté précoce – à douze ans j’avais déjà à peu de différences près un corps de femme adulte). Du coup, me dire que j’étais asexuée, c’était un peu mon échappatoire, mon moyen de nier mon corps qui changeait et surtout, surtout, NE PAS ETRE UNE FILLE. Être une fille c’est être faible, c’est être dépendante des garçons, c’est être nulle. Je ne voulais pas ça, à aucun prix.

Néanmoins, je n’ai jamais vraiment voulu être un garçon. J’ai déjà envié les garçons de pouvoir être plus libres que les filles (je me souviens d’une fois où, toute jeune, huit ou neuf ans à peine, à une réunion de famille, tous mes cousins sont allés jouer dehors. Mais moi, on m’avait forcé de porter une jupe alors que je détestais ça. Je ne suis pas allée jouer avec mes cousins comme d’habitude ce jour-là, car j’avais honte de mes habits de fille dans lesquels je n’étais pas libre de courir à ma guise, sans être gênée par le vêtement. La jupe est un fourreau qui entrave la liberté de mouvement. J’ai conçu très tôt qu’une jupe (ou une robe) assigne surtout une femme à sa place supposée : assise, à l’intérieur, sage, sans mouvement brusque (de peur de faire remonter le tissu)… Sans que cela soit bien conscient, j’ai catégoriquement refusé de porter des jupes et des robes jusqu’à très très récemment.).

Si j’avais grandi dans une société égalitaire, mon vécu lié à mon identité de genre aurait-il été le même ? Est-ce que j’ai bel et bien détesté être une femme car nous vivons dans une société qui continue de détester les femmes ?

Passée la délicate étape de l’adolescence, et jusqu’il n’y a pas très longtemps, soit je ne me posais pas la question, soit la réponse coulait de source : je suis une femme, quand bien même je ne corresponds pas aux clichés liés à la féminité. Néanmoins, encore aujourd’hui, après mes quelques années de lecture féministes et/ou sur le genre, je ne peux m’empêcher de ressentir un malaise face à cette affirmation. Je suis une femme, oui, mais…

Je ne peux plus me cacher derrière l’excuse du sexisme intériorisé : j’ai pleine conscience qu’il n’y a aucun mal à être une femme, qu’il n’y a pas d’activité ou de passe-temps « féminins » ni « masculins », qu’on peut être un mec et aimer se maquiller, on peut être une femme et roter en buvant de la bière, et que les activités ou loisirs traditionnellement assignés aux femmes tels que le maquillage ou le shopping ne sont pas plus superficiels qu’autre chose.

Je suis une femme, mais pas que. La non-binarité existe et s’il est encore trop tôt pour moi pour m’identifier en tant que tel, la catégorie « femme » reste trop étroite pour moi, quand bien même j’aurais balayé tout le sexisme devant ma porte. Je ne me suis jamais identifiée en tant que mec, et cela ne m’arrivera probablement jamais. Néanmoins, je me rends compte que la neutralité, peut-être pas tout le temps certes, est une identité dans laquelle je me reconnais cependant le plus. Je me considère souvent en tant que femme, mais il y a aussi une bonne partie du temps ou je me considère comme neutre. Je m’interroge et me dis que même si je ne suis peut-être pas 100 % neutre, je ne suis pas non plus 100 % femme. Être identifiée en tant que femme me fatigue souvent, je préférerais qu’on arrête tout simplement de penser à moi en tant que femme mais en tant qu’individu.

La question est difficile, et je suis incapable de trouver une réponse pour le moment. Être femme me fatigue-t-il à cause du sexisme que je me prends nécessairement dans la gueule, ou bien est-ce plus profond ? N’est-il pas légitime pour tout le monde de vouloir être perçu comme un individu avant d’être réduit à son genre ?

Je voudrais pouvoir emmerder profondément les normes genrées et la binarité homme/femme et vivre ma vie comme je l’entends sans me coller aucune étiquette, mais évidemment c’est naïf et impossible dans une société où être cis (et hétéro) est la norme, c’est impossible qu’on me fiche la paix vis-à-vis de mon genre quand on me renvoie sans cesse celui-ci au visage.

Ainsi, pour le moment, où je n’en suis finalement qu’à la genèse d’une réflexion qui nécessite des approfondissements, et où je continue de percevoir des avantages en tant que cis (ou supposée cis), je ne peux m’identifier en tant que non-binaire, j’aurais l’impression d’insulter celleux pour qui s’assumer en tant que tel relève du défi quotidien. Je n’ai pas envie de faire du « gender-blind » et dire « je m’en fiche du genre on est tous pareil chacun fait ce qu’il veut s’identifie à ce qu’il veut et tout est simple dans le meilleur des mondes tralala youpi » car c’est faux, dire cela en tant que cis c’est juste indécent pour les personnes trans et non-binaires.

Cet article n’aura pas vraiment eu le mérite d’y voir plus clair pour moi, néanmoins il pose une base de réflexion qui me semblait nécessaire dans ma vie, là et maintenant. J’ai surtout parlé de mon vécu, et quand je ne parle pas de mon vécu j’ose espérer n’avoir pas dit de la merde. S’il y a des personnes concernées qui ont été blessées par des paroles problématiques, n’hésitez pas à me le signaler et je rectifierai si besoin.

No-Cheesecake fraises-framboises

Bonjour ! Après une très longue absence, me revoici pour partager une nouvelle recette fraîchement testée d’aujourd’hui :D
Il s’agit d’un no-cheesecake à la framboise et aux fraises, entièrement vegan évidemment. Je me suis inspirée de la recette du cheesecake présent dans le livre 25 desserts vegan de Marie Laforêt, mais comme je n’avais pas tous les ingrédients nécessaires, la recette n’a finalement plus grand-chose à voir avec l’originale, ce qui m’a décidé à vous partager « ma » version de cheesecake sur ce blog.

Destiné pour l’anniversaire de mon amoureux qui est surtout amoureux des framboises, j’ai intégré dans la base du cheesecake des -attention captain Obvious arrive- framboises, mais voyant que je n’en avais pas assez, j’ai rajouté des fraises, ce qui a rendu l’ensemble encore plus crémeux et finalement plus homogène. Des fois, l’improvisation aboutit sur des résultats tout à fait sympathiques !

IMG_20150816_164722

Bien que ne comportant aucun produit d’origine animale, il a été dévoré par des omnis qui n’y ont vu que du feu, donc je pense que je referai cette recette sans hésiter, sans compter que c’est au final une recette très simple à réaliser.

Les ingrédients :

Pour le fond :
– 
170g de spéculoos végétaliens (ceux de la marque « Lotus » le sont)
– 50g de sucre (facultatifs je pense)
– 3 à 4 cuillers à soupe d’huile végétale

Pour la base :
– 200g de tofu ferme
– 200g de tofu soyeux
– 180g de noix de cajou non grillées et non salées
– 125g de framboises
– 100g de fraises (j’y suis allée au pif, à vous de voir si vous voulez un goût de fraise plus ou moins prononcé)
– 100g de sucre
– 3 cuillers à soupe de fécule de maïs

  1. Faire tremper dans l’eau froide les noix de cajou pendant au moins 3 heures (plus vous les faites tremper plus elles seront faciles à mixer), puis égoutter et bien absorber l’eau restante avec un torchon ou du sopalin.
  2. Préparer le fond biscuité : mixer (au robot ou au mixeur) tous les ingrédients jusqu’à réduire les spéculoos en miettes.
  3. Placer la préparation dans un moule rond de 25-30cm de diamètre, bien tasser, puis réserver au réfrigérateur.
  4. Pour préparer la base, mixer tous les ingrédients (veiller au préalable à avoir bien absorbé l’excédent de liquide du tofu avec un torchon) dans un saladier. Avec un mixeur de piètre qualité comme le mien, pauses comprises, cela prendra environ 15 minutes. Veillez à prendre des pauses dès que l’appareil chauffe trop. Si vous avec un mixeur high-tech ça prendra beaucoup moins de temps !
  5. Dès que vous avez une texture crémeuse, lisse et homogène, placer la préparation dans le moule, lisser avec le dos d’une cuiller, puis mettre au four 30 minutes à 180°C (ça c’est ce qui est écrit dans le livre de la recette initiale, moi c’était au pif vu que j’ai un four capricieux). C’est cuit quand les bords commencent à roussir.
  6. Placer plusieurs heures au réfrigérateur.
  7. Déguster sans en laisser une miette :)

IMG_20150816_164736

 

Ca a été la première fois que j’utilisais de la noix de cajou dans un dessert, et ça ne sera pas la dernière tant le résultat est bluffant. Ca me motive à tenter de faire des fromages végétaux à la noix de cajou, je vous tiendrai au courant de ma tentative si elle est fructueuse !

A bientôt les extrémistes enragés (ça se voit hein) !